Reste-à-vivre

Le reste-à-vivre est un indicateur clé du niveau de vie d'un foyer, notamment pour évaluer sa capacité d'endettement. C'est la somme d'argent dont le foyer dispose quand il a payé ses charges fixes.

Qu'elles sont les charges fixes d'un foyer ?

Se sont les charges qui sortent de manière régulière et incompressible. On y trouve : 

  • le loyer pour les locataires, les échéances de prêt immobilier pour les accédants à la propriété.
  • les charges de logement, y compris assurance, eau, électricité et chauffage,....
  • les pensions versées,
  • les assurances voitures
  • les frais de scolarité 
  • les impôts,
  • les frais de transport,
  • tous les remboursements de crédits dit de consommation

Qu'elles sont les revenus à prendre en comptent ?

Les revenus vont inclure tout ce qui rentre dans le porte-monnaie familial :

  • le salaire (ou les allocations chômage, le RSA, les pensions perçues...),
  • les allocations logements,
  • les allocations familiales...
  • les loyers des investissements locatifs
  • les revenus d'épargne
  • ...

ET LA DIFFÉRENCE ENTRE CES DEUX VALEUR DÉTERMINE LE RESTE A VIVRE. 

Pour les banques c'est l'indicateur de premier rang. 

Attention ne pas confondre avec le taux d'endettement, qui on le sait est un autre indicateur financier pour les banques dans leur décision d'octroyer ou non un nouveau crédit.

En effet on peut avoir une différence de lecture selon la typologie de la famille.

Une famille de 4 personnes ne sera pas traiter identiquement dans une demande de prêt, si ses revenus sont de 4000 € ou de 2500 €.

La banque acceptera sûrement un taux d'endettement supérieur à 33% des revenus pour la famille qui gagne 4500 € à celle qui gagne 2500 € 

Le reste à vivre : comment le calculer ?

C'est une opération assez simple pour éviter quelques problèmes financiers 

 

sources Ooreka

Calcul du reste à vivre

  • Le reste-à-vivre est une simple soustraction :
    • [Reste à vivre = Revenus du foyer - Charges fixes]
  • On peut également calculer le taux de reste-à-vivre :
    • [Taux de reste à vivre (%) = (Reste à vivre ÷ Revenus du foyer) × 100]

Reste à vivre et taux d'endettement

Le reste à vivre permet de mesurer l'argent qui peut être consacré à un remboursement de crédit, donc le montant d'endettement supplémentaire que le foyer peut contracter.

Il n'y a pas de taux de reste à vivre de référence : tout dépend du niveau de revenu ! Mais il existe une règle primordiale :

Plus le revenu est faible, plus il faut conserver un taux de reste à vivre important !

Exemples de calcul de reste à vivre

Voici deux exemples de budgets équilibrés. Dans les deux cas, les structures de dépense laissent un reste à vivre suffisant par rapport au niveau de revenu.

Exemple 1 : reste à vivre pour un locataire

  • Revenus de la famille : 2 100 €
  • Loyer + charges : 700 €
  • Impôts : 150 €
  • Crédit auto : 300 €

Reste à vivre = 2 100 - 700 - 150 - 300 = 950 €

Taux de reste à vivre = 45%

Taux d'endettement = 14%

Exemple 2 : reste à vivre pour un propriétaire

  • Revenus de la famille : 2 100 €
  • Crédit immobilier : 600 €
  • Charges : 180 €
  • Impôts + carte de transport : 270 €
  • Crédit conso: 100 €

Reste à vivre = 2 100 - 600 - 180 - 270 - 100 = 950 €

Taux de reste à vivre = 45%

Taux d'endettement = 33%


Voici un exemple de budget déséquilibré. laissant un reste à vivre insuffisant par rapport au niveau de revenu.

  • Revenus de la famille avec 2 enfants : 2850 €
  • Loyer + charges : 800 €
  • Impôts IR + taxe habitation : 250 €
  • Crédits consommation   : 650 €

Reste à vivre = 2 850 - 800 - 250 - 650 = 1150 € pour une base de reste à vivre légale de 1414 €

Cette famille a un déficit en reste à vivre de -264 € par mois. Elle est considérée en situation de mal-endettement 

Calculez votre reste à vivre nécessaire  CLIQUEZ ICI

Endettement : comment l'éviter ?

Un reste à vivre trop faible conduit à l'endettement, puis au surendettement.

Voici quelques conseils pour prévenir ou guérir une situation d'endettement :

    • Tenir ses comptes régulièrement à jour au minimum une fois par mois, sachant que l'idéal, serait au jour le jour.
    • Faire un budget prévisionnel : il est important, lorsque les recettes sont faibles de ne pas occasionner de dépenses superflues et de s'en tenir aux achats et paiements indispensables.
    • Réagir dès que votre situation bancaire devient précaire 
      • Par un aide extérieure de son entourage, pour ne pas être interdit bancaire et puis fiché au FCC ou FICP.: ATTENTION ! mieux vaut se faire prêter de l'argent par un proche de manière exceptionnelle, sinon plus personne ne vous aiderait à l'avenir. 
      • En réalisant un regroupement de crédit, dès que les problèmes surviennent afin de rétablir son budget au regard de la situation. Sachez qu'aujourd'hui le rachat de crédit n'est plus considéré comme un échec de gestion mais comme un acte de bonne gestion responsable d'un foyer. 

CONSEIL : Pour une rachat de crédit , entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.