les dépenses contraintes des français

30% des revenus des ménages sont absorbés par des dépenses contraintes.

Une étude menée par ODOXA récemment, nous montre que les contrats, abonnements et autres dépenses pré-engagées pèsent lourd dans le budget des Français. On les appellent des "dépenses contraintes" et s'élèvent en moyenne à plus de 900 € par mois, soit 30% du revenu disponible estimé par l'INSEE

Ce sondage fait aussi apparaître un sentiment que ces dépenses contraintes vont en augmentant pour 2 Français sur 3. En effet 65% des personnes interrogées estiment que ces dépenses ont augmenté au cours des dernières années, pénalisant leur pouvoir d’achat et amenant plus de 25 % de la population à être à découvert chaque mois

Mais pour être plus précis, l’étude souligne que cette facture dépend aussi du niveau de revenu. 

Jusqu'à 1.500 euros, elle est en moyenne de 496 euros, pour aller à 1385 € pour des ressources supérieures à 3.500 euros. 

L’essentiel de la dépense contrainte provient:

1. Du logement (56%), qu’il s’agisse des factures d’énergie ou des intérêts de crédit.

2. Des assurances qui occupent quant à elles 18% de ces factures incontournables

3. Du transports (12%). 

4. Des abonnements à la téléphonie, à la télévision et à Internet (6%), soit plus de 55 euros par mois.

5. Des crédits à la consommation en équipement d'habitat ou autre, pour plus de 8% 


Mais cette "dépense contrainte" n’est pas une fatalité

D’après l’étude, ils existe une catégorie de consommateurs attentifs qui est entrain de ce développer de plus en plus, de par le coût de la vie actuelle et de la précarité de plus en plus présente, qui parviennent à économiser plus de 85 euros par mois, soit 1.000 euros par an, sur leurs factures de dépenses contraintes. 

Comment ? 

1) En faisant jouer la concurrence à fonds sur ces postes dits de "dépenses contraintes"

2) En faisant le point sur tous les doublons et surtout sur le poste de l'assurance. En effet, être assuré, c’est bien, être « trop » assuré… cela ne sert à rien ! Si les Français sont très nombreux à souscrire aux assurances affinitaires, ils ne le font pas toujours « en connaissance de cause » et sont bien conscients de se retrouver dans la situation -bien peu rentable- de « multi-assurés ». sachez qu'en regroupant ses assurances en un seul lieu en faisant attention aux risque de doublon l’économie moyenne peut avoisiner les 70 euros par mois  

3) En se projetant sur leur vie familiale et ses changements à venir ( études supérieurs, retraite, etc.) et d'agir de façon préventive. Comme par exemple regrouper ses crédits pour faire face à des nouvelles dépenses contraintes à venir, comme des études supérieures d'un enfants; impliquant scolarité plus cher, hébergement extérieur, etc..) et donc un risque de malendettement 

4)    en réalisant un budget prévisionnel