La dette des ménages de classe moyenne gonfle : paupérisation !!

Une étude montre que le creusement des inégalités de revenus se traduit par une hausse des crédits contractés par les particuliers.




Comme un air de déjà-vu en 2008 au tout début de la crise financière née, aux Etats-Unis, par l’excès de crédits immobiliers contractés par des foyers peu aisés.

Une note publiée en septembre 2017 par le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii) apporte un nouvel éclairage sur le sujet. Les économistes Jérôme Héricourt, professeur à l’université Lille I, Rémi Bazillier de l’université Paris I et Samuel  Ligonnière, doctorant  à Lille I,  y   présentent  les résultats de l’évolution du crédit et des inégalités.

 

VOIR LA VIDEO

S’endetter pour maintenir son niveau de vie !

Leurs recherches montrent également que c’est surtout l’appauvrissement des classes moyennes qui fait le plus bondir l’endettement.

Ainsi, dans les pays industrialisés, la baisse de 1 % de la part des revenus totaux détenus par les classes moyennes fait augmenter de 12,6 % la part des crédits aux ménages dans le PIB, contre 3,3 % pour les classes populaires.

Pourquoi la classe moyenne s'endette plus depuis que les inégalité progressent ?

Pour maintenir leur niveau de vie et leur pouvoir d’achat lorsque leurs revenus baissent, les foyers de classes moyennes compensent en contractant des emprunts »,

Plusieurs chercheurs ont par ailleurs démontré que, par un phénomène de « mimétisme» lié aux habitudes d’achat et à la pression des normes sociales, les groupes sociaux ont tendance à reproduire les habitudes de consommation du groupe supérieur.

Conséquence : une hausse de la consommation des plus riches se traduit, par effet de ruissellement, sur  l’ensemble de la population… Sauf  que les ménages moins aisés, dont les salaires ne suivent pas, le font en contractant des crédits.

Au reste, lorsque leurs revenus augmentent, les 1% les plus riches ont également tendance à mettre plus d’argent de côté. Ce surplus d’épargne est ensuite, par le circuit des banques ou des marchés financiers, recyclé… en crédit, offert aux ménages de la classe moyenne voir populaire

Ces résultats pointent le rôle pervers que joue l’accroissement des inégalités vis-à-vis de la stabilité financière : en alimentant le gonflement du crédit, il accroît les risques de bulles et de crises qui s’ensuivent souvent, concluent les économistes. Une raison de plus, s’il en était besoin, pour faire de la réduction des inégalités un objectif majeur des politiques publiques.» Avec pour priorité, la lutte contre l’appauvrissement des classes moyennes."

Comment maintenir son niveau de vie dans cette croissance des inégalités ?

Comme énoncé ci dessus l'octroie de nouveaux crédits est pervers tant macro-économiquement que micro-économiquement.

Mais faire des crédits pour garder son niveau de vie à ses limites. En effet le cumul de petits crédits, pour les vacances, les frais de scolarités, le changement de l'auto, ... amène très régulièrement les personnes subissant l'inégalité, au mal-endettement, voir au surendettement à terme et ainsi créer d'un point de vue macro économique une bulle financière comme en 2008

Pour en savoir plus


UNE SOLUTION EXISTE :

Ne  pas injecter de nouvelles créances dans son budget, mais de restructurer ses encours actuels et cela par le biais du regroupement de crédits, qui avec l'allongement de la durée de remboursement permettra de générer une bouffée d'oxygène financières mensuel à la famille pour ainsi permettre de conserver son train de vie  tout en respectant le remboursement de sa dette au regard des ses nouveaux revenus..

 

Le rachat de crédits ou regroupement de crédits  est désormais un acte de bonne gestion et de protection dans la lutte contre les inégalités

 

 

FAITES VOTRE DEMANDE EN REGROUPEMENT DE CRÉDITS